Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Tankya du raï
  • Tankya du raï, c'est tous les samedis soirs sur radio béton 93.6fm. www.radiobeton.com pour écouter en direct où que vous soyez!!
  • Tankya du raï, c'est tous les samedis soirs sur radio béton 93.6fm. www.radiobeton.com pour écouter en direct où que vous soyez!!

Ecoutez radio béton en direct

Pour Ecouter l'Emission en direct clique sur le lien ci-dessous:

www.radiobeton.radio.fr 

Rechercher

Le livre du moment

Kamel-Daoud.jpg

Pressenti pour le prix Goncourt 2014, l'auteur algérien Kamel Daoud n'a finalement pas obtenu la récompense. Par un jeu de miroirs habile, "Meursault, contre-enquête", son premier roman, éclaire d'un jour nouveau "L'étranger" d'Albert Camus. Kamel Daoud, né à Mostaganem, est journaliste au quotidien d'Oran.

Culotté. Audacieux. S'attaquer à un monstre de la littérature française du XXe siècle, Albert Camus, n’est pas une chose aisée. Dans son premier roman "Meursault, contre-enquête", paru aux éditions Actes Sud en mai 2014, Kamel Daoud revisite "L'étranger" pour donner "sa propre vision du salut et du sens", 

Cuisine maghrébine du moment

IMGP1255
Berkoukes ou Aïch
 plat traditionnel algérien

Le Berkoukes est l'un des nombreux plats de pâtes ( mais qui as dit que les pâtes étaient réservés aux Italiens ?! ) qui fait la richesse des mets delicieux de la cuisine algérienne.

C'est un plat d'hiver, généreux, réconfortant, absolument excellent préparé à base de pâtes " petits plombs " que l'on trouve aisément dans les épiceries orientales ou turques mais si vous en avez la chance ou si vous savez le préparer, ces petites pâtes peuvent également se rouler à la main, de pleins de bons légumes de saison, d'un peu de viande et le tout aggrémenté d'épices qui releveront le plat. On peut également les préparer de façon végétarienne, sans viande,
Ce plat vaut vraiment la peine d'etre découvert car il est convivial et pas compliqué à préparer. Bien entendu, il y a une multitude de recettes différentes, un choix de légumes qui varie suivant les recettes, des épices en plus ou en moins mais le principal est de trouver le Berkoukes a son gout, de le préparer comme on l'aime, plus ou moins liquide, plus ou moins relevé suivant les appréciations de chacun.

A déguster bien entendu quand il fait bien froid dehors, tout chaud, arrosé d'un filet d'une excellente huile d'olive avec une bonne Kesra ( pain galette typiquement algérien ) faite maison ...

25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 23:47

Cheb Hasni
Chef de file de la musique algérienne, Cheb Hasni disparaît tragiquement le 29 septembre 1994, victime de l’intégrisme, de l’intolérance et de la cruauté humaine.

Porteur d’espoir pour toute une jeunesse rudement touchée par le chômage, la misère et la peur, le chanteur est assassiné en plein coeur de sa ville natale d’Oran, laissant derrière lui des millions d’orphelins de coeur. Depuis, son chant, comme celui de Matoub Lounes, est symbole de liberté et de résistance à l’oppression.

Enfant de Gambetta, quartier populaire d’Oran, en Algérie, Hasni Chekroun, alias Cheb Hasni, voit le jour le 1er février 1968. Issu d’une famille pauvre, le jeune Hasni grandit entre ses six frères et soeurs, son père soudeur et sa mère qu’il adore.

Le raï

Comme de nombreux petits Algériens, sa jeunesse passe, heureuse mais difficile. Le pays est pauvre, et sa population, dont la majorité a moins de vingt ans, sombre dans la peur. Les intégristes dirigent le pays et la morale, condamnant tout usage non religieux de l’art. Hasni prend, dès son plus jeune âge, un ascendant vers la révolte en chantant dans la rue ou à la sortie de l’école.

Rapidement, le raï prend le pas sur tout ce que peut aimer un enfant de son âge (le foot ou l’école). Il n’a qu’une envie, celle de devenir un véritable chanteur. Il se produit alors dans les fêtes de village et les mariages, puis intègre l’orchestre de Naoui Kada.

Dans un pays où la production discographique n’est pas ouverte à tous, le jeune Cheb aura la chance de rencontrer les bons producteurs et de posséder, évidemment, une sacrée dose de talent.

Chanteur romantique

A seulement dix-huit ans, il enregistre son premier tube El Baraka M’rennika avec la chanteuse algérienne Chaba Zahouania, une star dans son pays. Ce premier duo est un véritable succès. Il aborde sans ambiguïté les thèmes universels chers à la jeunesse: l’amour, le plaisir, la séduction, le désir, mais il le fait d’une façon directe, sans fard.

« Nous avons fait l’amour dans une vieille baraque en ruine » dit la chanson, et pour les instances religieuses du pays, les bornes sont déjà dépassées. C’est pourtant ce langage qui séduit les Algériens, et les disques de Cheb Hasni répondent enfin à leur attente.

Dès lors, le jeune homme devient une idole et son charme ne laisse pas les femmes indifférentes. Père du « raï love », il enregistre disque sur disque, sans jamais céder à la pression islamiste qui voudrait le voir se taire. Bien au contraire, la censure fait de lui le porte-parole de toute une génération.

El Visa, Consulat, Gaa Nsa, Mazel Kayen, Galou Hasni Met, Srat Biya Kissa sont autant de succès qui inondent les radios de tout le Maghreb. Bien plus que Khaled ou que Cheb Mami, qui ont quitté le pays pour faire fortune en Europe, Cheb Hasni devient à seulement vingt ans un des chanteurs les plus adulés.

Les raisons de son succès: avant tout sa voix, mélodieuse, mais aussi sa façon de raconter sa vie dans ses chansons. Une manière personnelle qui incitera ses admirateurs à le surnommer le « Julio Iglesias oranais ». S’il aborde l’amour dans ses textes, il n’hésite pas non plus à parler de sexe, d’alcool ou de mort. Il s’exprime ainsi au nom de toute la jeunesse, au nez et « à la barbe » des extrémistes du FIS.

Victime de l’intégrisme

Marié à Perpignan, en France, et père d’un petit Abdallah, sa vie de couple ne résiste pas à son attachement pour son pays. Sa femme demande le divorce et quitte l’Algérie pour la France, où elle se sent en sécurité. Comme de nombreux jeunes dont le Cheb raconte l’histoire dans ses chansons, elle fuit l’intégrisme pour un monde meilleur. Mais lui reste, très attaché à sa ville, à sa famille, et à ses racines. Déjà victime d’une première agression, il est abattu de deux balles dans la tête à la sortie d’un café, le 29 septembre 1994, à deux pas de chez lui.

Artiste victime de l’intégrisme, Cheb Hasni laisse derrière lui plus de quatre cents titres enregistrés en six ans et surtout des millions de fans à travers le monde, de son Algérie natale au Japon, en passant par le Canada ou l’Europe du Nord.

Un de ses derniers tubes, El Visa, dépassant les 250 000 exemplaires et son dernier concert algérois rassemblant plus de 150.000 personnes témoignent de l’extrême popularité du chanteur.

Accompagné jusqu’à sa dernière demeure, le cimetière Aïn Beïda d’Oran, par des milliers de fans effondrés, Cheb Hasni commence à vingt-six ans une seconde vie, celle de ses chansons, porteuses d’espoir et de révolte pour tout un pays.

Repost 0
Published by Tankya du raï - dans Infos - cultures...
commenter cet article
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 11:14
Le chanteur compare les Algériens aux nazis
Khaled “le Marocain” fait scandale
 

Khaled est un merveilleux chanteur mais quand il s’improvise politique, c’est franchement scandaleux. Lors de son passage au Maroc, pour le festival d’Essaouira, il a comparé l’expulsion des Marocains d’Algérie au milieu des années 70 à la “déportation des Juifs” par les nazis !

Khaled Hadj Brahim, qui s’autoproclame “ambassadeur de la musique maghrébine”, a fait fort dans l’entretien qu’il a accordé au magazine marocain Tel Quel. Après son passage à la fête du trône, à El-Hoceima, le “king du raï” a participé au festival gnaoui d’Essaouira avant de lâcher cette bombe médiatique. À une question sur les tensions algéro-marocaines qu’il qualifie “d’aberration”, Khaled ne peut s’empêcher de revenir sur un des épisodes le plus controversé de la relation entre l’Algérie et le Maroc en prenant le parti des Marocains expulsés par le président Boumediene : “Tout petit, j’ai vu un flic entrer chez mon copain et le refouler au Maroc. À Oran, on a tous des amis qui ont été déportés, des gens qu’on a cachés et d’autres qu’on a mariés de force pour qu’ils puissent rester en Algérie. Avec le recul, ces scènes ressemblent à celles de la Seconde Guerre mondiale où des voisins cachaient leurs amis juifs pour leur éviter les camps nazis. À ce point. Ça me fait mal.”
On savait Khaled sensible au lobby juif marocain, mais de là à balancer, froidement, des contre-vérités historiques, il y a un pas que notre star de la chanson a malheureusement franchi. Car les Marocains expulsés à l’époque ne le furent qu’à cause de Rabat qui avait décidé de déposséder les citoyens algériens résidant au Maroc et de les renvoyer en Algérie. La politique de “marocanisation” des terres agricoles possédées par les Algériens depuis… 1843, lors de l’exode de populations algériennes entières fidèles à l’Émir Abdelkader, avait mis sur la paille des milliers de familles algériennes. Une politique qui avait débuté en 1963, suite à “la guerre des sables”, et qui s’est poursuivie jusqu’en 1994 quand 70 000 autres Algériens ont été dépossédés et expulsés après l’affaire de l’attentat de Marrakech.
Mais les dérapages de Khaled, associant les Algériens aux “pratiques nazis,” ne s’arrêtent pas là. En verve, le king du raï se lâche et fait des confidences troublantes sur ses discussions à bâtons rompus avec le roi Mohammed VI, mais aussi le président Bouteflika : “Maintenant que je côtoie le roi du Maroc et le président Bouteflika, on parle de ça et ils me disent tous les deux la même chose : “Les gens ne vont pas comprendre si l’on tourne rapidement la page du conflit entre le Maroc et l’Algérie. Les jeunes des deux bords t’adorent. On a besoin de symboles comme toi pour ouvrir des brèches et permettre le dégel des tensions en douceur. Et un jour, tout ça va s’arranger.”
Que Khaled soit l’ami de Mohammed VI, amitié dont il se dit “fier”, est son affaire. Mais que le chanteur implique le président algérien comme étant un personnage qui est pressé de “tourner la page” avec le Maroc est particulièrement sulfureux. Donc, à en croire Khaled, le président Bouteflika, l’homme qui avait signé la convention d’établissement algéro-marocaine, du 15 mars 1963, qui avait posé le cadre de la protection des Algériens et de leurs biens au Maroc serait… schizophrène. Oublié les engagements multiples et divers de Bouteflika sur la scène africaine, maghrébine ou mondiale pour l’autodétermination du peuple Sahraoui ! Zappé le Bouteflika qui avait conseillé à Boumediene d’appliquer la réciprocité du traitement en 1974 après la violation par le Maroc du traité d’Ifrane ! Enterré les principes inaliénables de l’Algérie depuis 34 ans en faveur de la libération du peuple sahraoui de la colonisation marocaine !
D’ailleurs, Khaled, qui devrait se contenter de faire de la musique, n’a pas eu un mot, un seul, à l’égard des milliers de Sahraouis qui souffrent des traitements marocains. Pas un mot sur le Maghreb “réconcilié” qu’il appelle de ses vœux et qui ne pourra voir le jour qu’avec un Sahara occidental indépendant. Alors que le haut commissaire aux réfugiés de l’ONU, Guittierez, appelle la communauté internationale à ne pas laisser mourir à petit feu le peuple sahraoui, un des symboles de la jeunesse algérienne et maghrébine se laisse aller à des affirmations dignes d’un autiste politique. Lui-même le dit : “Les jeunes du Maghreb m’ont applaudi et m’ont couronné, je me considère comme l’ambassadeur de la musique maghrébine dans le monde.”  À la lumière de cette scandaleuse interview, Khaled qui se vante qu’“à la “frontière du royaume, aucun douanier n’osait me demander un visa même si je voyage avec un passeport algérien”, a mis les pieds dans le plat. Certains avanceront certainement l’argument que Khaled n’est pas un politique. Et c’est précisément là le hic. Quand on est artiste avec cette notoriété inégalée au Maghreb, on se doit de mesurer ses paroles et savoir apprécier les enjeux. À l’inverse, on ne s’aventure pas dans les chemins chaotiques de la diplomatie. Le malaise est d’autant plus grand que ce n’est pas la première fois que nos artistes s’improvisent porte-parole, comme ce fut le cas de cheb Mami lors de l’hospitalisation du président Bouteflika. Ce dernier qui aime à cajoler nos artistes devrait probablement être estomaqué par la liberté prise par Khaled, qui se prétend proche de lui, pour l’associer à une telle sortie médiatique. À défaut, le poste d’ambassadeur d’Algérie au Maroc est vacant…

Repost 0
Published by Tankya du raï - dans Infos - cultures...
commenter cet article
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 13:37



L'Aïd el-Fitr (arabe : ʿīd al-fiṭr, عيد الفطر, fête de la rupture), est la fête musulmane marquant la rupture du jeûne du mois de ramadan. Elle est aussi parfois appelée Aïd es-Seghir[1] la petite fête par opposition à l'Aïd el-Kebir, la grande fête.

Tous les ans, la date de l'Aïd el-Fitr est avancée de 10, 11 ou 12 jours par rapport au calendrier grégorien car le calendrier musulman est lunaire.

La date de l'Aïd el-Fitr est le jour suivant le dernier jour du mois sacré de ramadan : il arrive donc 29 ou 30 jours après le début du mois de ramadan, selon les année.

Le fidèle s'acquitte de l'aumône de la rupture du jeûne ou Zakat el-Fitr. La prière (salatou el aïd) a lieu en début de matinée et est effectuée soit dans une mosquée, soit dans un mossalla permettant de rassembler plus de fidèles.


La tradition musulmane ou sunna veut que le musulman prenne son petit déjeuner, préférablement composé de dattes, avant de se rendre à la prière.

Après la prière et selon les pays, les fidèles, mais aussi les non croyants et les enfants visitent leurs proches et amis afin de leur présenter leurs vœux de l'Aïd.

Repost 0
Published by Tankya du raï - dans Infos - cultures...
commenter cet article
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 14:12
Chui français

Zen Zila est un groupe français avec un style inclassable. Entre le style Zebda et la world music, Zenzila se revendique être un  un groupe aux cultures et aux influences multiples. Zen Zila, l'ogresse sismique en arabe est composé de Laurent, Wahid et Hakim.

Dès leur premier rencontre en 92 à Lyon, l'idée naît de former un groupe pluri-ethnique aux diverses influences. Quatre ans plus tard, après quelques formations et une soixante de concerts, ce trio crée Zenzila. Ils composent et écrivent l'ensemble des morceaux et décident de s'entourer de musiciens pour enregistrer l'album et la scène. Les titres de Zenzila sont de véritables bouillons de culture influencés par la chanson française, la scène rock et les chants de l'est algérien. C'est pourquoi, on retrouve sur Le Mélange Sans Appel quatorze titres tantôt en français, leur langue d'adoption, tantôt en arabe, leur langue d'origine. A l'écoute de l'album, c'est un réel mélange et un métissage culturel qui saute aux oreilles. Zenzila aborde le respect de la différence, la volonté d'aller vers le mélange et l'esprit de famille si fort dans la culture occidentale.

Leur style est singulier, leur mélange pluriel. Un métissage des culture, de chanson française, de rock, et de musique orientale. Un bouillon de culture savoureux !

Sur Gueules de Terriens, Zen Zila boucle aussi la boucle de thèmes qui lui sont chers. La famille,  le déracinement. Sur leur deuxième album planait cette phrase magnifique : « Si tu ne sais pas où tu vas, rappelle toi d’où tu viens ». Cette fois, c’est la chanson 17 ans, qui évoque le retour en Algérie de Wahid : une « belle claque positive ». Ces hymnes à la tolérance, toujours piqués d’ironie. Chui Français bien sûr, ou encore J’vole des mots, titre sur l’importance de l’écriture comme thérapie. Comme le chante Wahid dans L’Essentiel : « J’ fais dans le festif corrosif ».

Discographie

  • Le Mélange sans Appel (2000)
  • 2 Pull-Overs 1 Vieux Costard (2003)
  • Mais Où On Va Comme Ça ? (2005)
  • Gueules de Terriens (2008)
Repost 0
Published by Tankya du raï - dans Infos - cultures...
commenter cet article
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 14:18

Les horaires du Ramadan 2009

Tours



Angers : + 5 mn / Nantes : + 10 mn

 

Bourges : – 5 mn / Cholet : + 8 mn

Imsak : 15 min avant le Fajr
DATE FAJR DHOR ASR MAGHREB ICHA
20/08/2009 05:12:00 14:01:00 17:53:00 21:04:00 22:33:00
21/08/2009 05:14:00 14:01:00 17:52:00 21:02:00 22:31:00
22/08/2009 05:16:00 14:01:00 17:51:00 21:00:00 22:29:00
23/08/2009 05:17:00 14:01:00 17:50:00 20:58:00 22:26:00
24/08/2009 05:19:00 14:00:00 17:49:00 20:56:00 22:24:00
25/08/2009 05:21:00 14:00:00 17:48:00 20:55:00 22:22:00
26/08/2009 05:23:00 14:00:00 17:47:00 20:53:00 22:20:00
27/08/2009 05:24:00 14:00:00 17:46:00 20:51:00 22:18:00
28/08/2009 05:26:00 13:59:00 17:45:00 20:49:00 22:16:00
29/08/2009 05:28:00 13:59:00 17:43:00 20:47:00 22:13:00
30/08/2009 05:29:00 13:59:00 17:42:00 20:45:00 22:11:00
31/08/2009 05:31:00 13:58:00 17:41:00 20:43:00 22:09:00
01/09/2009 05:33:00 13:58:00 17:40:00 20:41:00 22:07:00
02/09/2009 05:34:00 13:58:00 17:39:00 20:39:00 22:05:00
03/09/2009 05:36:00 13:57:00 17:37:00 20:37:00 22:03:00
04/09/2009 05:38:00 13:57:00 17:36:00 20:35:00 22:00:00
05/09/2009 05:39:00 13:57:00 17:35:00 20:33:00 21:58:00
06/09/2009 05:41:00 13:56:00 17:34:00 20:31:00 21:56:00
07/09/2009 05:42:00 13:56:00 17:32:00 20:29:00 21:54:00
08/09/2009 05:44:00 13:56:00 17:31:00 20:27:00 21:52:00
09/09/2009 05:45:00 13:55:00 17:30:00 20:25:00 21:50:00
10/09/2009 05:47:00 13:55:00 17:29:00 20:23:00 21:47:00
11/09/2009 05:48:00 13:55:00 17:27:00 20:21:00 21:45:00
12/09/2009 05:50:00 13:54:00 17:26:00 20:19:00 21:43:00
13/09/2009 05:51:00 13:54:00 17:24:00 20:17:00 21:41:00
14/09/2009 05:53:00 13:54:00 17:23:00 20:15:00 21:39:00
15/09/2009 05:54:00 13:53:00 17:22:00 20:13:00 21:37:00
16/09/2009 05:56:00 13:53:00 17:20:00 20:11:00 21:35:00
17/09/2009 05:57:00 13:53:00 17:19:00 20:09:00 21:33:00
18/09/2009 05:59:00 13:52:00 17:18:00 20:07:00 21:31:00
19/09/2009 06:00:00 13:52:00 17:16:00 20:05:00 21:28:00
20/09/2009 06:02:00 13:52:00 17:15:00 20:03:00 21:26:00


Cliquez sur ce lien pour les horaires des autres villes de France:
http://www.mosquee-lyon.org/index.php?cat=Calendrier
Repost 0
Published by Tankya du raï - dans Infos - cultures...
commenter cet article