Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Tankya du raï
  • Tankya du raï, c'est tous les samedis soirs sur radio béton 93.6fm. www.radiobeton.com pour écouter en direct où que vous soyez!!
  • Tankya du raï, c'est tous les samedis soirs sur radio béton 93.6fm. www.radiobeton.com pour écouter en direct où que vous soyez!!

Ecoutez radio béton en direct

Pour Ecouter l'Emission en direct clique sur le lien ci-dessous:

www.radiobeton.radio.fr 

Rechercher

Le livre du moment

Kamel-Daoud.jpg

Pressenti pour le prix Goncourt 2014, l'auteur algérien Kamel Daoud n'a finalement pas obtenu la récompense. Par un jeu de miroirs habile, "Meursault, contre-enquête", son premier roman, éclaire d'un jour nouveau "L'étranger" d'Albert Camus. Kamel Daoud, né à Mostaganem, est journaliste au quotidien d'Oran.

Culotté. Audacieux. S'attaquer à un monstre de la littérature française du XXe siècle, Albert Camus, n’est pas une chose aisée. Dans son premier roman "Meursault, contre-enquête", paru aux éditions Actes Sud en mai 2014, Kamel Daoud revisite "L'étranger" pour donner "sa propre vision du salut et du sens", 

Cuisine maghrébine du moment

IMGP1255
Berkoukes ou Aïch
 plat traditionnel algérien

Le Berkoukes est l'un des nombreux plats de pâtes ( mais qui as dit que les pâtes étaient réservés aux Italiens ?! ) qui fait la richesse des mets delicieux de la cuisine algérienne.

C'est un plat d'hiver, généreux, réconfortant, absolument excellent préparé à base de pâtes " petits plombs " que l'on trouve aisément dans les épiceries orientales ou turques mais si vous en avez la chance ou si vous savez le préparer, ces petites pâtes peuvent également se rouler à la main, de pleins de bons légumes de saison, d'un peu de viande et le tout aggrémenté d'épices qui releveront le plat. On peut également les préparer de façon végétarienne, sans viande,
Ce plat vaut vraiment la peine d'etre découvert car il est convivial et pas compliqué à préparer. Bien entendu, il y a une multitude de recettes différentes, un choix de légumes qui varie suivant les recettes, des épices en plus ou en moins mais le principal est de trouver le Berkoukes a son gout, de le préparer comme on l'aime, plus ou moins liquide, plus ou moins relevé suivant les appréciations de chacun.

A déguster bien entendu quand il fait bien froid dehors, tout chaud, arrosé d'un filet d'une excellente huile d'olive avec une bonne Kesra ( pain galette typiquement algérien ) faite maison ...

7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 12:11

 AudioRec01_06-03-201..> 06 mars 2010 20h à 21h 
[SND]
AudioRec01_06-03-201..> 06 mars 2010 21h à 22h 
[SND]
AudioRec01_06-03-201..> 06 mars 2010 22h à 23h 

Repost 0
Published by Tankya du raï - dans Emission à télécharger
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 13:43
Repost 0
Published by Tankya du raï - dans Clip raï
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 13:29
Quand le 9e art s’empare de l’histoire,cela peut donner des albums explosifs. La bande dessinée, par son côté ludique et ses dialogues pétillants, peut s’avérer une redoutable arme pédagogique, capable de pulvériser les idées reçues et les amnésies collectives bien entretenues.Bande dessinée. Essais atomiques du Sahara algérien : Bulles radioactives

L’album Au nom de la bombe, signé par les deux compères Albert Drandov et le dessinateur Franckie Alarcon, revient sur l’histoire des essais nucléaires français effectués en Algérie et en Polynésie française dans le Pacifique. Cette aventure morbide démarre le 13 février 1960 à 7h04 dans le Sahara algérien. Reggane est devenue, par la force des choses, un nom qu’on associe à la première explosion atomique française. En dix chapitres, avec une succession de planches très significatives, le lecteur s’enfonce dans l’horreur de la raison d’Etat. C’est ainsi que l’on fait connaissance avec le soldat Gérard Dellac, qui, six jours après l’explosion, est envoyé sans protection sur le Point Zéro planter le drapeau tricolore dans une zone à haut taux de radioactivité, juste pour satisfaire un orgueil nationaliste démesuré.

Le 1er mai 1962, pour donner un grand retentissement médiatique à la deuxième bombe atomique française, c’est le ministre des armées, Pierre Mesmer, qui est convié à assister au festin atomique. Installé avec les convives à quelques encablures du Point Zéro, les dessins de Alarcon rendent avec une grande perspicacité la fébrilité de l’assistance, en attente d’un spectacle grandiose. L’explosion souterraine déborde de sa trajectoire pour souffler tout sur son passage. La panique s’empare de l’assistance et le spectacle débouche sur des scènes d’horreur où l’on va déplorer la disparition de neuf appelés du contingent. Mais avant d’arriver à cette deuxième expérience de In-Ikker, la France a organisé des manœuvres sur le site de la première explosion pour voir l’impact physiologique et psychologique produits sur l’homme par l’arme atomique. Ces cobayes humains ne seront jamais au courant des doses radioactives qu’ils ont reçues et auront pour récompense un mois de permission.

Les conséquences de cette exposition à l’arme atomique seront funestes pour certains, comme le soldat Bernard Lécullé. Les deux bédéistes s’appuient sur le témoignage de sa femme, quarante après sa mort, dans des conditions atroces, et son combat pour obtenir la reconnaissance de la hiérarchie militaire. L’autre catégorie de cobayes qui a souffert est celle des PLO, soit les « populations laborieuses des Oasis » ! Ce sont les Algériens qui ont travaillé sur le site nucléaire et qui ont hérité de différentes maladies graves, transmises même à leurs enfants. Au nom de la bombe décrit avec beaucoup de justesse les ravages des essais atomiques sur des populations civiles des anciennes colonies françaises. Cette justesse fait de cette œuvre une autre pièce à charge à verser au dossier des crimes coloniaux impunis et occultés.

Albert Drandov et Franckie Alarcon. Au nom de la bombe. Editions Delcourt, Paris, 2010

Par Slimane Aït Sidhoum

Repost 0
Published by Tankya du raï - dans livres du maghreb
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 13:02

 

Repost 0
Published by Tankya du raï - dans Caricatures à l'algérienne
commenter cet article
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 12:27

         La Coupole du complexe Mohamed Boudiaf a été, hier, le théâtre d’un tournoi international de l’Amitié entre d’anciens internationaux algériens et l’équipe de France 98, conduite par Zinedine ZidaneCe dernier est arrivé quelques heures avant le début du tournoi à bord de son jet privé, accompagné de son père, de ses frères, de Bernard Lama, de Christian Karembeu, de Michel Hidalgo et l’ex-joueur international algérien, Noureddine Kourichi.Tournoi international de l'amitié : Foot, spectacle et … Zidane

Il a été accueilli à l’aéroport Houari Boumediene par le ministre de la Jeunesse et
des Sports, Hachemi Djiar, et le président du Comité olympique algérien (COA), Rachid Hanifi. Le secrétaire général de l’association France 98, Henri Emile, avait félicité l’Algérie pour sa qualification au Mondial 2010, lors d’un point de presse organisé conjointement avec le président de l’Association des anciens internationaux algériens, Ali Fergani.

De son côté, l’ancien entraîneur de l’équipe de France, Aimé Jacquet, a déclaré qu’il est très ému de retourner en Algérie, terre qu’il connaît bien pour avoir déjà foulé son sol avec l’équipe de Saint-Etienne pour jouer en Algérie du temps de Rachid Mekhloufi, son ancien coéquipier. L’ancien défenseur des Bleus, Lilian Thuram, s’est dit lui aussi « très content » de venir pour la première fois en Algérie. Plusieurs ont tenu à prendre part à ce tournoi, à l’image de Bernard Lama, Thuram, Deschamps, Lammouchi, Le Blanc et Karembeu. Du côté algérien, on notera la participation de Drid, Ferhaoui, Tasfaout, Zeghdoud, Kouici… emmenés par Beloumi. Les participants ont gratifié le public présent par de belles prouesses, notamment la star Zizou qui a été chaudement applaudi.

Des photos souvenirs ont été prises avec les différents acteurs, en présence d’anciens joueurs et entraîneurs tels que Michel Hidalgo, Mohamed Maouche, Mohamed Soukhane… Le tournoi de l’Amitié s’est soldé par la victoire de l’équipe de France 98 sur le score de 5 à 4 dans une ambiance fraternelle

Par S. M.

Repost 0
Published by Tankya du raï - dans Sport du maghreb
commenter cet article