Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Tankya du raï
  • Tankya du raï, c'est tous les samedis soirs sur radio béton 93.6fm. www.radiobeton.com pour écouter en direct où que vous soyez!!
  • Tankya du raï, c'est tous les samedis soirs sur radio béton 93.6fm. www.radiobeton.com pour écouter en direct où que vous soyez!!

Ecoutez radio béton en direct

Pour Ecouter l'Emission en direct clique sur le lien ci-dessous:

www.radiobeton.radio.fr 

Rechercher

Le livre du moment

Kamel-Daoud.jpg

Pressenti pour le prix Goncourt 2014, l'auteur algérien Kamel Daoud n'a finalement pas obtenu la récompense. Par un jeu de miroirs habile, "Meursault, contre-enquête", son premier roman, éclaire d'un jour nouveau "L'étranger" d'Albert Camus. Kamel Daoud, né à Mostaganem, est journaliste au quotidien d'Oran.

Culotté. Audacieux. S'attaquer à un monstre de la littérature française du XXe siècle, Albert Camus, n’est pas une chose aisée. Dans son premier roman "Meursault, contre-enquête", paru aux éditions Actes Sud en mai 2014, Kamel Daoud revisite "L'étranger" pour donner "sa propre vision du salut et du sens", 

Cuisine maghrébine du moment

IMGP1255
Berkoukes ou Aïch
 plat traditionnel algérien

Le Berkoukes est l'un des nombreux plats de pâtes ( mais qui as dit que les pâtes étaient réservés aux Italiens ?! ) qui fait la richesse des mets delicieux de la cuisine algérienne.

C'est un plat d'hiver, généreux, réconfortant, absolument excellent préparé à base de pâtes " petits plombs " que l'on trouve aisément dans les épiceries orientales ou turques mais si vous en avez la chance ou si vous savez le préparer, ces petites pâtes peuvent également se rouler à la main, de pleins de bons légumes de saison, d'un peu de viande et le tout aggrémenté d'épices qui releveront le plat. On peut également les préparer de façon végétarienne, sans viande,
Ce plat vaut vraiment la peine d'etre découvert car il est convivial et pas compliqué à préparer. Bien entendu, il y a une multitude de recettes différentes, un choix de légumes qui varie suivant les recettes, des épices en plus ou en moins mais le principal est de trouver le Berkoukes a son gout, de le préparer comme on l'aime, plus ou moins liquide, plus ou moins relevé suivant les appréciations de chacun.

A déguster bien entendu quand il fait bien froid dehors, tout chaud, arrosé d'un filet d'une excellente huile d'olive avec une bonne Kesra ( pain galette typiquement algérien ) faite maison ...

24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 09:45

Les 1res Journées cinématographiques d’Alger : un pari réussi !

image

Par Wafia Sifouane

Ayant vu les autres régions du pays s’enrichir chaque année d’une nouvelle manifestation dédiée au 7e art, une association algéroise s’est faite entreprenante en lançant la 1re édition des Journées cinématographiques d’Alger abritées par la salle Ibn Zeydoun. C’est la très active «A nous les écrans» qui milite depuis sa création pour relancer la culture cinématographique à Alger. Ces actions qui, jusque-là, se résumaient à des ciné-clubs à la salle ABC, se sont vues cette année jointes par un mini-festival tant attendu. En effet, du 3 au 7 octobre, les cinéphiles ont pu se délecter de 17 œuvres projetées entre longs et courts métrages. Des nouveautés, des documentaires inédits mais surtout de qualité. On citera le documentaire Janub de Nizar Hassan et Hayda Lubanan d’Eliane Raheb qui se sont intéressés de très près au conflit libanais. Politiser la religion, comment vivre en harmonie, le peuple libanais qui se déchire, sont des questions ayant été bien mises en valeur par les caméras de deux réalisateurs. Aussi, la réalisatrice Hélène Chauvin a fait voyager le public en plein cœur d’une cérémonie de mariage en Inde. L’Italie a aussi été présente à Alger à travers le documentaire de Dorine Brun qui a dévoilé la vie quotidienne de parkingueurs de Palerme. Le talent et le génie n’ont pas manqué à cet événement aussi, à l’image du film l’Enfant de Kaboul de Barmak Akram. Une œuvre faite d’émotion dans une région non encore remise de la guerre. Mais les JCA, c’est aussi un festival de rencontres entre professionnels, de partage avec le public et d’initiation de jeunes talents. Cela à travers la désignation des lauréats du concours d’écriture de scénarios lancé auparavant par la même association. Pour une première édition, l’association a quand même défrayé la chronique en osant quelques œuvres. En attendant, vivement la prochaine édition !  

Partager cet article

Repost 0
Published by Tankya du raï - dans Infos - cultures...
commenter cet article

commentaires