Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Tankya du raï
  • Tankya du raï, c'est tous les samedis soirs sur radio béton 93.6fm. www.radiobeton.com pour écouter en direct où que vous soyez!!
  • Tankya du raï, c'est tous les samedis soirs sur radio béton 93.6fm. www.radiobeton.com pour écouter en direct où que vous soyez!!

Ecoutez radio béton en direct

Pour Ecouter l'Emission en direct clique sur le lien ci-dessous:

www.radiobeton.radio.fr 

Rechercher

Le livre du moment

Kamel-Daoud.jpg

Pressenti pour le prix Goncourt 2014, l'auteur algérien Kamel Daoud n'a finalement pas obtenu la récompense. Par un jeu de miroirs habile, "Meursault, contre-enquête", son premier roman, éclaire d'un jour nouveau "L'étranger" d'Albert Camus. Kamel Daoud, né à Mostaganem, est journaliste au quotidien d'Oran.

Culotté. Audacieux. S'attaquer à un monstre de la littérature française du XXe siècle, Albert Camus, n’est pas une chose aisée. Dans son premier roman "Meursault, contre-enquête", paru aux éditions Actes Sud en mai 2014, Kamel Daoud revisite "L'étranger" pour donner "sa propre vision du salut et du sens", 

Cuisine maghrébine du moment

IMGP1255
Berkoukes ou Aïch
 plat traditionnel algérien

Le Berkoukes est l'un des nombreux plats de pâtes ( mais qui as dit que les pâtes étaient réservés aux Italiens ?! ) qui fait la richesse des mets delicieux de la cuisine algérienne.

C'est un plat d'hiver, généreux, réconfortant, absolument excellent préparé à base de pâtes " petits plombs " que l'on trouve aisément dans les épiceries orientales ou turques mais si vous en avez la chance ou si vous savez le préparer, ces petites pâtes peuvent également se rouler à la main, de pleins de bons légumes de saison, d'un peu de viande et le tout aggrémenté d'épices qui releveront le plat. On peut également les préparer de façon végétarienne, sans viande,
Ce plat vaut vraiment la peine d'etre découvert car il est convivial et pas compliqué à préparer. Bien entendu, il y a une multitude de recettes différentes, un choix de légumes qui varie suivant les recettes, des épices en plus ou en moins mais le principal est de trouver le Berkoukes a son gout, de le préparer comme on l'aime, plus ou moins liquide, plus ou moins relevé suivant les appréciations de chacun.

A déguster bien entendu quand il fait bien froid dehors, tout chaud, arrosé d'un filet d'une excellente huile d'olive avec une bonne Kesra ( pain galette typiquement algérien ) faite maison ...

7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 21:05

CéRéMONIE D’OUVERTURE DU 2e FESTIVAL CULTUREL PANAFRICAIN
Le pari de la modernité

La Coupole du Complexe Mohamed Boudiaf a abrité avant-hier soir, le spectacle d’ouverture du 2e Festival culturel panafricain. Une fresque africaine, riche en sonorités, en couleurs, et à laquelle environ 350 artistes africains ont pris part.

Après la lecture du discours du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, par le ministre d’Etat et représentant personnel du président, Abdelaziz Belkhadem et suite à l’intervention du président de la Commission de l’Union africaine, le Gabonais Jean Ping, le chorégraphe d’origine algérienne et de renommée internationale, Kamel Ouali, a proposé aux présents et aux téléspectateurs (puisque la cérémonie a été retransmise en direct sur les trois chaînes de l’ENTV), un spectacle -d’une heure et demie- grandiose, où il a raconté en danse et en musique, l’histoire de l’Afrique qui s’articule autour de trois axes majeurs : l’esclavage et la colonisation, les conflits internes et l’aspiration à la modernité.

Accompagnée d’une excellente danseuse orientale, Warda El Djazaïria est remontée sur scène et a interprété son succès “Haramt Ahebak”. Quant au dernier tableau du spectacle, il s’est articulé autour d’un défilé de mode, d’un défilé de plusieurs tribus africaines, de prestations de danse, sur les airs du grand succès “Alaoui” de Larbi Dida. Ce dernier a joué aux percussions et interprété cette chanson avec une petite fille. Le 2e Festival culturel panafricain est donc officiellement ouvert. Placé sous le signe de la “Renaissance africaine”, ce 2e Panaf’ inscrit ses activités et ses aspirations dans l’Afrique d’Aujourd’hui qui doit composer avec un lourd passé, une envie de modernité, largement visible dans le spectacle de Kamel Ouali qui a regardé l’Afrique avec gravité et légèreté.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tankya du raï - dans Infos - cultures...
commenter cet article

commentaires