Profil

  • Tankya du raï
  • Tankya du raï, c'est tous les samedis soirs sur radio béton 93.6fm. www.radiobeton.com pour écouter en direct où que vous soyez!!
  • Tankya du raï, c'est tous les samedis soirs sur radio béton 93.6fm. www.radiobeton.com pour écouter en direct où que vous soyez!!

Ecoutez radio béton en direct

Pour Ecouter l'Emission en direct clique sur le lien ci-dessous:

www.radiobeton.radio.fr 

Rechercher

Le livre du moment

Kamel-Daoud.jpg

Pressenti pour le prix Goncourt 2014, l'auteur algérien Kamel Daoud n'a finalement pas obtenu la récompense. Par un jeu de miroirs habile, "Meursault, contre-enquête", son premier roman, éclaire d'un jour nouveau "L'étranger" d'Albert Camus. Kamel Daoud, né à Mostaganem, est journaliste au quotidien d'Oran.

Culotté. Audacieux. S'attaquer à un monstre de la littérature française du XXe siècle, Albert Camus, n’est pas une chose aisée. Dans son premier roman "Meursault, contre-enquête", paru aux éditions Actes Sud en mai 2014, Kamel Daoud revisite "L'étranger" pour donner "sa propre vision du salut et du sens", 

Cuisine maghrébine du moment

IMGP1255
Berkoukes ou Aïch
 plat traditionnel algérien

Le Berkoukes est l'un des nombreux plats de pâtes ( mais qui as dit que les pâtes étaient réservés aux Italiens ?! ) qui fait la richesse des mets delicieux de la cuisine algérienne.

C'est un plat d'hiver, généreux, réconfortant, absolument excellent préparé à base de pâtes " petits plombs " que l'on trouve aisément dans les épiceries orientales ou turques mais si vous en avez la chance ou si vous savez le préparer, ces petites pâtes peuvent également se rouler à la main, de pleins de bons légumes de saison, d'un peu de viande et le tout aggrémenté d'épices qui releveront le plat. On peut également les préparer de façon végétarienne, sans viande,
Ce plat vaut vraiment la peine d'etre découvert car il est convivial et pas compliqué à préparer. Bien entendu, il y a une multitude de recettes différentes, un choix de légumes qui varie suivant les recettes, des épices en plus ou en moins mais le principal est de trouver le Berkoukes a son gout, de le préparer comme on l'aime, plus ou moins liquide, plus ou moins relevé suivant les appréciations de chacun.

A déguster bien entendu quand il fait bien froid dehors, tout chaud, arrosé d'un filet d'une excellente huile d'olive avec une bonne Kesra ( pain galette typiquement algérien ) faite maison ...

23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 20:28

PODCASTS TANKYA DU RAÏ du 22.11.2014

20h à 21h: http://www33.zippyshare.com/v/98181399/file.html
21h à 22h: http://www33.zippyshare.com/v/39260787/file.html
22h à 23h: http://www33.zippyshare.com/v/40845394/file.html

Emissions Tankya du raï du 22/11/2014

Partager cet article

Published by Tankya du raï - dans Emission à télécharger
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 09:39

La France et l'Algérie ont inauguré en grande pompe une usine Renault près d'Oran (ouest) qui va fabriquer la première voiture algérienne, une réalisation témoignant du renouveau des relations entre les deux pays depuis l'élection de François Hollande.

Inauguration en grande pompe Signe de l'importance accordée de part et d'autre à ce projet, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius et son collègue de l'Économie, Emmanuel Macron, se sont rendus en Algérie pour assister à la sortie de la première voiture des chaînes d'assemblage, sous les yeux du premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal.

L'usine, passée par de multiples péripéties avant le début des travaux en 2012 à Oued Tlelat, « est le fruit d'un partenariat gagnant-gagnant », a souligné M. Sellal. Elle « traduit un partenariat algéro-français exemplaire et le triptyque action-ambition-amitié », a déclaré Laurent Fabius, pariant sur un « grand succès » de ce partenariat appelé, selon lui, à se renforcer, notamment dans les secteurs de l'industrie et du tourisme.

Juste avant l'inauguration de l'usine, en présence du PDG de Renault, Carlos Ghosn, la marque a lancé une campagne publicitaire massive sous le slogan en arabe « dernaha Djazaïria » (on l'a réalisée, elle est Algérienne). Mais, le constructeur a dû se plier à la loi algérienne qui n'autorise pas un partenaire étranger à détenir plus de 49 % d'une société mixte. L'usine « Renault Algérie production » est ainsi détenue à 51 % par l'État algérien et 49 % par le constructeur français.

150 000 véhicules par an à terme L'usine qui emploie actuellement quelque 350 personnes aura dans un premier temps une capacité de production de 25 000 véhicules par an, avant de passer à 75 000 unités en 2019 et à 150 000 à plus long terme. Si des sources algériennes ont affirmé que l'investissement de 50 millions d'euros était appelé à passer à terme à 800 millions d'euros, Bernard Sonilhac, PDG de Renault Algérie, a indiqué lors d'une conférence téléphonique que « nous ne confirmons pas ce genre de chiffre, ça paraît plutôt hors de propos ». L'usine va produire la « Renault Symbol », une version de la voiture Dacia Logan bien connue des marchés émergents où sa première version a connu un succès certain.

Les véhicules de l’usine d’Oued Tlelat seront destinés au marché intérieur algérien, le deuxième plus grand d'Afrique avec plus de 400.000 véhicules importés chaque année. « Nous pensons que c'est un marché qui a un fort potentiel de croissance », a affirmé Guillaume Josselin, directeur général de la filiale de Renault en Algérie, en relevant un taux d'équipement de 100 véhicules pour 1 000 habitants dans ce pays, contre 600 pour 1.000 en Europe. « Renault vise une part de marché de 30 % », a-t-il précisé lors de la même conférence Le Front national estime indécent ce qu’il considère comme de la délocalisation.

Au démarrage, seules 17 % des pièces seront fournies par des industriels locaux, avec un objectif de 42 % à l'horizon 2019, a expliqué M. Sonilhac. S'il est possible à terme d'envisager l'exportation de Renault « made in Algérie » vers l'Afrique subsaharienne, il est « exclu » d'approvisionner les marchés européens, a-t-il insisté. L'objectif de l'usine d'Oued Tlelat n'est donc pas le même que celui du site de Tanger, au Maroc voisin, qui a produit 100.000 véhicules en 2013, à 90 % pour l'exportation en particulier vers l'Europe.

À Paris, la présidente du Front national (FN, extrême droite), Marine Le Pen, a jugé « indécent » le déplacement des deux ministres, « au moment où nos propres usines françaises ferment et les délocalisations s'accélèrent ». M. Macron a rétorqué depuis l'Algérie qu'« il s'agit ici de la relocalisation en Algérie d’une production turque et roumaine (...) 30 % de la valeur ajoutée produite et 40 % des composants viennent de France.

Cette usine est donc bonne pour Renault et bonne pour la France ».

La première Renault algérienne sort des chaines d’assemblage près d’Oran

Partager cet article

Published by Tankya du raï
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 09:29

Un forum organisé pour séduire les Français d’origine algérienne ou les Algériens qui vivent en France et les inciter ensuite à revenir au pays pour y trouver un travail.

C’est la démarche du Forum ITN Emploi « Spécial Algérie » qui a eu lieu à Lyon, ce samedi 15 novembre, de 10h à 18h, à l’Espace Tête d’Or.

Le Forum a été organisé par le cabinet conseil en recrutement & formation ITN (International Talents Network), spécialisé dans les profils d’Algériens formés et/ou ayant travaillé à l’étranger.

Marie-Aude Labrosse est la directrice associée de ce cabinet : "Notre forum est destiné aux personnes qui aimeraient être recrutées par des entreprises implantées en Algérie, par exemple, après avoir réalisé des études ou eu une expérience professionnelle en France. Une bonne vingtaine d’offres d’emploi sont à pourvoir. Ce sont des postes dans le domaine du marketing, de la vente, de l’ingéniorat, du contrôle de gestion… ".

Le forum consistait en des rencontres en direct avec les entreprises, tells que Renault Algérie, Erikson, Société Générale et plein d’autres… Et un cabinet de recrutement qui cherchait des candidats dans plusieurs domaines. Toutes ces entreprises recrutent des profils internationaux, elles ont besoin des jeunes Algériens qui sont venus étudier en France à un moment donné, qui ont peut-être un peu d’expérience professionnelle et qui veulent rentrer travailler dans leur pays.

Ou bien parce que ces personnes ne trouvent pas aujourd’hui ce qu’elles souhaitent en France ou parce qu’elles ont envie de répondre à l’appel de la famille, l’appel du pays. Aujourd’hui, c’est le moment, l’Algérie est en plein essor !

Les entreprises algériennes recrutent à Lyon

Partager cet article

Published by Tankya du raï
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 08:09

"Le Directeur régional de l'Organisation internationale du travail pour l'Afrique, Aeneas Chuma, a assuré le soutien de l'Organisation internationale du travail pour la tenue de cette réunion qui devrait être accueillie par la CGEM à Casablanca les 16 et 17 février 2015", a indiqué la DGEM. L'annonce a été faite lors d'une réunion organisée par l'Organisation internationale des employeurs (OIE) et Business Africa durant laquelle les participants, dont la CGEM, ont mis l'accent sur la nécessité de travailler ensemble pour l'élaboration d'un pacte pour l'emploi en Afrique.

Le président de la Commission emploi et relations sociales de la CGEM et du groupe de travail des employeurs africains sur l'emploi et l'employabilité de l'OIE, Jamal Belahrach, a parlé d'une "bombe à retardement" et a mis en avant les 10 recommandations de son groupe de travail pour créer de l'emploi durable, notamment les mesures pour mobiliser les organisations patronales, les syndicats et gouvernements.

Les organisations patronales ont été appelées à devenir un moteur important, en renforçant leurs capacités à travailler avec les gouvernements à l'élaboration de politiques pour l'emploi et à promouvoir l'expression des besoins en termes de compétences à la fois au niveau qualitatif et quantitatif.

Pour leur part, les gouvernements doivent mettre en place des mesures visant à créer un climat favorable aux entreprises et à renforcer la confiance des investisseurs. Ils doivent aussi développer la capacité à lancer des stratégies sectorielles pour stimuler la croissance et adapter la législation aux changements sur le marché de l'emploi.

La conférence annuelle de l'emploi en Afrique sera organisée les 16 et 17 février 2015 à Casablanca au Maroc

Partager cet article

Published by Tankya du raï
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 07:52

Mourad Boudjellal n’a pas caché son indignation face aux dirigeants qu’il a qualifié de « racistes » et de « sectaires ».

Le président toulonnais d’origine algérienne, menace même de boycotter avec son équipe le Rugby Champions Cup (RCC) pour la saison prochaine.

Un quota de joueurs étrangers

La règle des joueurs issus des filières de formation (les Jiff) a été modifiée par le comité de la Ligue Nationale de Rugby (LNR) . Cette nouvelle application vise à renforcer le répertoire français, incitant par un dispositif financier à ce qu’un quota soit imposé sur les feuilles de chaque match.

Face à de tels dispositifs, Mourad Boudjellal ne mâche pas ses mots : « Le rugby est un sport raciste et j’assume mes mots.

Cette loi sur les Jiff qui consiste à se demander si un joueur de rugby, avant de savoir s’il est bon, mauvais, si c’est un mec bien ou un salopard, s’il est Français ou étranger est insupportable ». « Une loi au tendance du moment »… Si le FN marque des points en politique, le sport ne semble pas être immunisé par ses aspirations… Et Mourad d’insister que « le mot “national” va bien à la Ligue et cette loi correspond bien aux tendances du moment.

Le rugby démontre à travers ces règlements qu’il est un sport réactionnaire et sectaire, qui passe son temps à compter les noirs, les blancs, les Français et les étrangers ».

Le président de l’équipe de Toulon ne compte pas en rester là, il met en avant les performances de ces joueurs étrangers : « Si le rugby a une visibilité exceptionnelle, c’est grâce aux étrangers (…) Le mot quota est puant, historiquement. Les mots ont un sens, même dans le sport ». Le boycott comme solution !

Ainsi, au lieu de se plier au nouveau règlement « raciste », Morad Boudjellal a affirmé que son équipe ne prendrait pas part au projet de Rugby Champions Cup lancé par la LNR et son homologue anglaise pour 2014-2015.

Toutefois, ils iront « jouer la Coupe d’Europe la saison prochaine puisque celle-ci n’exige pas de quotas de joueurs étrangers ». Une menace dont le président de la Ligue National de Rugby n’a pas voulu s’exprimer pour l’instant, sachant que cette équipe de rugby est championne en titre…

LE RUGBY

Partager cet article

Published by Tankya du raï
commenter cet article
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog